lundi 8 novembre 2010

Du temps que j'travaillais su'a track....

Able, Baker, Charles, Dog, Éva, Fox.... vous comprenez le principe. Les stations de chemin de fer permettent le croisement de trains et aux équipes de l'entretien de la voie ferrée de se "clairer". En plus, on retrouve des camps plus ou moins permanents à quelques-unes de ces stations.
Item était réputé pour la bonne bouffe, les games de bluff pis la pêche avec des truites grosses comme ça. Sauf qu'avant de pêcher des truites grosses comme ça, fallait d'abord passer devant l'immense trou qui servait au campement de dépotoir à ciel ouvert et qui était fréquenté en permanence par quelques Yogis mais bon, après 2-3 fois à se croiser ça devenait moins épeurant.
Comme y avait pas de trail pour se rendre au lac fallait marcher le plus drette possible dans le bois une cinquantaine de minutes. De un la ligne droite est le chemin le plus court et de deux si tu te déplaces en ligne droite tu tournes pas en rond et t'as moins de chance de te perdre en forêt.
L'un de ces soirs de pêche, ça mordait tellement que j'ai jamais eu connaissance que les gars qui m'accompagnaient avaient levé le fly. C'est en voyant le soleil disparaître derrière la montagne en face de moi que j'ai réalisé que je serai jamais de retour au campement avant la noirceur. J'ai beau partir du lac en courant au bout de 10 minutes c'est déjà la pénombre. Me barre les pieds 2-3 fois sur des souches, comme je suis en sueurs les lunettes ervolent à chaque fois que je tombe. Fait vraiment noir. Chus pas gros dans mes souliers. Surtout ne pas paniquer que j'me dis, me redis et redis encore et toujours. Marcher le plus drette possible, le bruit de cascades du gros ruisseau à ma gauche pis la track drette devant.
Comme j'en étais rendu à faire plein de promesses dans ma tête, j'entends le bruit d'un train. Tabarnak! Chus sauvé.
Me suis assis su'l bord de la track pis j'me suis allumé une cigarette. Y avait beau me rester quelques kilomètres de marche pour me rendre au camp, être 10 heures du soir pis faire noir comme chez l'diable y avait pu rien qui pressait pis qui m'faisait peur. Pas même l'obligation de repasser devant le garde-manger des gros nounours.

En complément de programme

14 commentaires:

Jackss a dit…

Bonjour Gaétan,

Tu es un vrai aventurier! C'est fascinant. Tu n'as pas passé toute ta vie à pédaler.

Plus j'en apprends sur toi, plus ça m'impressionne. J'ai l'impression que tu pourrais facilement écrire un livre sur l'histoire d'ici.

Mon fils Jipé ira bientôt à Port Cartier faire la première partie du spectacle de Vincent Vallières.

18 Nov 2010 20:00 (Café-Théâtre Graffiti) Port-Cartier. Je le verrai à Havre-Saint-Pierre le 16. Mais si j'ai une chance, j'aimerais bien aller le voir aussi à Port-Cartier.

gaétan a dit…

Mettons que j'ai vécu une jeunesse mouvementée.
Hum... reste plus de billets au Graff pour le spectacle de Vincent Vallières.
Si Marjo prend du mieux c'est possible que nous allions voir Vallières à la salle de spectacle de 7-Iles.... j'imagine que ton fils suit la tournée....

Jackss a dit…

Bonjour Gaétan,

Dommage pour les billets. Je vais vérifier avec mon fils s'il en reste de cachés. Pour Sept-Iles, je vais vérifier également.

Je téléphone tout de suite.

Jackss a dit…

Bonjour Gaétan,

Je viens de parler à Jipé. Il va appeler Vincent Vallières pour savoir s'il peut faire quelque chose pour toi.

Sinon, il va vérifier pour Sept-Iles. Je te tiens au courrant. Mais il faudra trouver un truc pour être sûr que je contacte le bon Gaétan le cas échéant. Vois-tu ça se retrouver quelque part avec une dizaine de gars qui disent s'appeler Gaétan. Avec Internet,tout peut arriver! :-))

gaétan a dit…

Hé ben... quelque soit l'aboutissement de ta démarche merci bien. Pour 7-Iles je ne crois pas que ce sera complet...

gaétan a dit…

...c'est rarement complet à 7-Iles

Jackss a dit…

Bonsoir Gaétan,

Nous n'avons pu entrer en contact de nouveau. Mais Laure me rappelle qu'il devait partir le lendemain du spectacle ici pours Sept-Iles.

Nous ne savons pas encore cependant si nous ferons le voyage. Merci tout de même pour ton intérêt.

Un souvenir me revient en mémoire. Il y a environ 5 ans, JP et Gaële demeuraient à Sherbrooke. Ils y donnaient des spectacles et, à l'occasion un de leur fan faisait le voyage à pédale de Montréal à Sherbrooke. Nous étions renversé par son courage.

manouche a dit…

c'est souvent "que j'suis pas gros dans mes souliers"faut que je m'essaye au courage...

piedssurterre a dit…

Chouette texte Gaétan.
Merci

É. a dit…

Ouah. J'en lirais quelques dizaines de pages, mon cher.

Jackss a dit…

Hello Gaétan

Je viens de voir un email suite à ta question d'hier. Jipé sera à Sept-Iles. Il accompagnera Vincent Vallières comme trompetiste pour quelsques chansons.

La première partie sera faite par un artiste local. Il ne m'a pas donné le nom.

Zoreilles a dit…

Je me suis régalée de ton aventure. J'aurais pas été grosse dans mes bottines moi non plus. J'en aurais pris pour des pages et des pages de tes aventures su'a track...

Et Yogi l'ours... Que de souvenirs. J'aimais sa douce délinquance! Un peu péteux de broue mais pas méchant pantoute. Me rappelle de la chanson-thème en français. Veux-tu l'essayer sur la musique?

Yogi l'ours est plus malin qu'un ours moyen/Yogi l'ours est toujours fourré chez le voisin/Partez en pique-nique et vous le trouverez là/Mieux que n'importe qui c'est lui qui se régalera!

Il se lève à midi se couche tard la nuit/Il fait ses provisions au milieu du parc d'attraction

(padam padam)

Yogi l'ours est beaucoup mieux qu'un millionnaire/Très malin Yogi n'est pas un ours ordinaire.

Merci pour cette petite chanson qui m'est revenue en écoutant ta vidéo!!!

Éléonore a dit…

Ho que je comprends ce que c'est d'être seule dans le bois, d'entendre des craquements suspects, de savoir qu'il y a des ours pas très loin et d'ignorer comment de temps il me reste avant de rejoindre la route ou le sentier principal !
Parfois dans mes rides de photos je vais franchement trop loin... mais jmais le soir par contre ;)

gaétan a dit…

Hihihihi j'ai chanté la chanson avec toi Zoreilles...