dimanche 19 octobre 2014

Time it was - hommage à Simon and Garfunkel et Cat Stevens

C'est par une soirée pluvieuse que nous avons pris la route pour nous rendre à la salle de spectacle de 7-Iles. Ça datait. Notre dernière sortie en ce lieu remontait à plus d'un an. "Ça sent les boules à mites" m'a dit Marjo en nous dirigenant vers nos sièges. "J'espère qu'on sentira pas ça quand on sera vieux" que j'ai répondu en voyant toutes ces têtes grises autour de nous.

Time it was est un groupe originaire du Bas du Fleuve et composé principalement de Richard Daigle (voix, guitare), Réal Chouinard (voix, percussions), Louis Desjardins (guitare, percussions), Francis Leblond (guitare), Manon Thétiault ( piano, clavier) et les choristes Kassandra Law et Karen Michaud.

La première partie de leur prestation rendait hommage à Simon and Garfunkel. Dès les premiers accords de "Sounds of silence" l'esprit peace and love s'est installé dans la salle. Au fil du spectacle j'ai vu des têtes blanches se balancer au rythme de la musique, des hommes poser leur bras autour des épaules de celles qui les accompagnaient, deux gouines qui se prenaient les mains. Y avait même notre Rambo qui, du haut d'une loge, applaudissait chacune des chansons. Surréaliste. Et moi, et moi, et moi. Et moi  y avait Marjo à mes côtés qui souriait et qui rajeunissait.

Personnellement j'ai préféré la deuxième partie. Je connais plus le répertoire de Cat Stevens et la voix de Richard Daigle rappelle tellement celle du chanteur chypriote aux noms multiples. Extraits de Tea for the Tillerman, Teaser and the Firecat, Buddha and the chocolate box principalement et quelques mots expliquant le contexte de la composition de quelques tounes. Pas nécessairement un "best of" de ces artistes mais un survol de leurs carrières.

Bref, une très belle soirée où j'ai pris conscience que ces derniers temps je m'éloignais de plus en plus de certaines valeurs qui ont façonné ma vie. Rien que pour ça je remercie le groupe.

Quelques chansons jouées par le groupe :

Pour ceux qui hibernent


Celle-ci parce que quelques heures avant le spectacle je venais de terminer la lecture de L'orangeraie de Larry Tremblay


PAIX ET AMOUR
Bon dimanche


mercredi 15 octobre 2014

2025 c'est trop loin

J'ainerais bien que La colonisation de la planète mars prévue pour 2025 par le projet Mars One soit devancée car je ne sais pas si je survivrai encore longtemps avec la démocratisation de l'ébola ajoutée à l'omniprésence médiatique de Justin Trudeau et de PKP. Je suis preneur même pour un aller  simple à condition de pouvoir amener mon vélo.

jeudi 9 octobre 2014

Le pq n'en finit plus de s'enliser

S'cusez-la...c'était trop tentant....

mercredi 8 octobre 2014

Papi dans les pommes

C'était entendu d'avance  que je ne participerais pas à une  surabondance de bébelles destinées à mes petits-fils. En discutant avec la grand-mère Marjo il y a 3 ans il fut décidé que nous amènerions nos petits-enfants aux pommes à chaque automne. Comme les pommiers sont rares sur la Côte-Nord,  l'Isle-aux-Coudres, 400 km à l'ouest, fut choisie comme lieu de ce pélerinage automnal. Par la même occasion  ça donnerait un break de 4-5 jours aux parents et ça permettrait au papi de vérifier l'élasticité de ses nerfs surtout cette année puisqu'un deuxième petit-fils s'ajoutait à cette activité.
Aussi, pour faire changement, nous avons intégré un dodo à la ferme 5 Étoiles de Sacré-Coeur, près de Tadoussac. Ça  permettrait à nos deux  petits amours de nourrir poules, lapins, ratons-laveurs, cochon, daims, mouffettes et j'en passe. "Oui petit. Les oeufs ça vient des poules."
Sur l'île , après la cueillette de pommes, les petites découvertes  de tout voyage, les jeux de cartes à l'intérieur du chalet lorsqu'il pleuvait, les jeux avec le ballon dans la cour arrière, le parc bateau,  nous devions nous résigner à les voir, soir après soir, s'engouffrer dans leur bulle i-pod. Nous n'existions plus.

Quelques photos de notre passage..




jeudi 2 octobre 2014

On n'est pas pressé - Mes sorties de l'été (2)

Marjo voulait voir des mongolfières, ça fait qu'on est allé voir celles qui se donnaient en spectacle à St-Jean sur Richelieu à quelque 800 km de chenous. On est parti en char mais pas pressé. Arrêt au casino de Charlevoix et coucher au magnifique Camping des Érables. Ça faisait un peu bizarre de revêtir nos habits chics entre la tente,  la voiture et la haie de cèdres pour toute intimité.
Le lendemain on a visité le Village d'antan ( j'me fais vieux, ces affaires-là m'intéressaient pas avant) et couché à Drummondville où on a assisté à une pièce de théâtre auquel participait Gilles Latulippe. De temps en temps j'aime voir ce genre de théâtre. Pas de cassage de tête ou d'introspection. Ce soir là j'ai bien vu que Gilles Latulippe n'avait plus l'allant du Symphorien que je regardais à la télé il y a bien longtemps mais rendu à son âge je me disais que c'était normal.
Nouvel arrêt. Cette fois à Sorel. Pour rien. Parce que ça nous tentait.
Première fois que nous visitions les alentours de la rivière Richelieu. St-Denis, St-Ours, rive gauche, rive droite en char, en vélo c'était correct. Les mongolfières ?  Tripant et impressionnant !
Quelques jours plus tard on enfourchait nos vélos pour un aller retour St-Jean sur Richelieu /Québec ( dont une visite au Musée populaire de Trois-Rivières pour coucher dans le lit de pôpa pis môman).
Quand t'es pas pressé, t'es pas pressé.
Prochaine sortie : aux pommes avec les petis-fils.
Quelques photos


samedi 27 septembre 2014

Au pays de la Sagouine - Mes sorties de l'été (1)

Déjà l'on arrivait à ce temps de l'année
Où plus rien ne fleurit sur la plaine fanée,
Où le soleil tardif est pâle et sans chaleur,
Où la nuit froide au pauvre apporte la douleur.
En bande réunis, les oiseaux de passage
Sous un ciel noir et lourd volaient comme un nuage,
Des régions de glace où tout sombre et périt,
Aux îles où toujours un ciel d'azur sourit.

Extrait d'Évangéline. Un  prétexte pour  écrire qu'officiellement l'été est fini même s'il soubresaute ces jours-ci déguisé en été Indien et à partager une sortie récente dans les Maritimes. En voiture. Pour montrer à Marjo les côtes de Cap Breton que j'avais monté à vélo en 2009, le charme perdu de Sackville, mes coups de coeur cette année-là, découvrir avec elle la forteresse de Louisbourg, les clochards sur la "main" à Moncton au petit matin, le pays de la Sagouine à Bouctouche et se faire sandblaster sur une plage à Cavendish.

Recette de la cuisine à Mathilda
(me semble encore entendre le parler de la Sagouine)

Coques steamées

Tu rinces ton peck de coques dans de l'eau frette.
Ensuite tu les mets dans un pot qui va sur le poêle, tu mets de l'eau frette et du sel au goût.
 Aussitôt que l'eau commence à bouillir et que les coques s'ouvrent, tu les ôtes de sur le poêle. Tu les manges avec  une bonne bière frette.






vendredi 13 juin 2014

Toujours les mêmes qui ont toutte...

Visite du Premier (comme dirait Joseph Arthur ou Séraphin j'me rappelle pu) dans mon village lundi pour une annonce d'investissement stratégique d'envergure.

Plan Nord prise deux ? Déjà qu'il se construisait des condos à 240,000$ pis qu'y avait rien d'annoncé, ça va être fou tantôt.