mercredi 21 avril 2010

Méchant Big Daddy, envie de valser avec elle et scalpel

En pitonnant sur la télé ce matin j'ai été déçu d'un commentaire de Gildor Roy pendant la revue de presse de son émission matinale. L'entendre dire au sujet de la possible syndicalisation des ouvriers agricoles que "le radis va ben coûter $3" m'a convaincu qu'il était finalement le temps d'enlever le canal V de la liste de favoris de mon pitonneux.
Je n'arrive toujours pas à comprendre ces personnes qui râlent contre les plus pauvres qui tentent d'améliorer leurs conditions de vie.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Y a des bouquins comme des albums de musique pour lesquels je ne me sens pas prêt à "recevoir" leurs sorties, que je dépose mais dont je sais que j'y reviendrai bien un jour. Ce moment est arrivé pour Rose sang de Catherine Major que je te vous partage et Le ciel de Québec de Jacques Ferron que ma fille m'a rapporté de la bibliothèque

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Y paraît que le docteur G. est un virtuose du scalpel. Je veux bien le croire.

7 commentaires:

piedssurterre a dit…

Fuck les pitoneux. Vive les pianos ivres et quelle belle couture !

Gomeux a dit…

Ce médecin-là devait être syndiqué.

Venise a dit…

Chloé Ste-Marie, Catherine Major, ce sont mes meilleures. J'ai d'ailleurs été voir les deux en spectacles, moments inoubliables.

De la Gaspésie (Nouvelle) !

gaétan a dit…

Y ont l'internet là-bas ? :-)

É. a dit…

On devrait empêcher les bloggers de se regrouper en listes, c'est ça qui pollue la planète. C'est presque comme un genre de début de syndicat. Tsé.

helenablue a dit…

Belle couture indeed!

Zoreilles a dit…

Toute une cicatrice! Moi, l'hypocondriaque, j'ai eu un petit malaise en voyant la photo. Une échelle dessinée au scalpel sur ta peau... Ça te fait tu mal?

Quant à Gildor Roy et sa remarque, elle lui a probablement échappé, c'est pas que je veux le défendre, je l'écoute jamais, mais il se dit tellement de niaiseries à la tévé.

Catherine Major, ouais, c'est du talent, ça Monsieur!