lundi 2 janvier 2012

Le sacrifice de Marjo

Enfin libéré de la promesse de me taire, je peux enfin vous annoncer une grande nouvelle. La fin du monde prévue par le calendrier maya n'aura finalement pas lieu cette année.
Lors de notre voyage à moi et à Marjo au Mexique en janvier dernier, notre rencontre avec le dernier Grand Prêtre maya permettra à l'espèce humaine d'avoir l'occasion de se ressaisir et de donner un sens nouveau à la voie qu'entend suivre cette humanité tout croche.
Contre le sacrifice de Marjo d'affronter son vertige en gravissant la pyramide de Cobà la fin du monde serait reportée mais l'esprit maya ne pourra toujours rien pour l'équipe de Goofys des Molson.
Quelques pièces à conviction
Le fameux calendrier maya



Le défi de Marjo



La fin du monde n'aura plus lieu en 2012

5 commentaires:

Accent Grave a dit…

Je suis un peu déçu, j'y tenais à cette fin du Monde!

Faut s'y faire, ce ne sera pas la première fin du Monde annoncée qui n'aura pas lieu!

Accent Grave

Venise a dit…

C'est à peine une question de lettre. Dans la vie, tout est une question de lettre, et même d'apostrophe. C'est la fin d'un monde, qu'ils voulaient dire.

gaétan a dit…

Bonne année 2012 à chacun de vous.

Yvan a dit…

Ça me rappelle mon voyage
dans la péninsule du Yucatan
ya longtemps,j'avais gravi
la pyramide de Chichen Itza
et assisté au spectacle
sons et lumières au même endroit.
Méchante vue au sommet!
Et quel trip ce fut.
Far out dude,far out.

Une civilisation en avance
sur son temps sous quelques
aspects mais j'aurais pas aimé
que ma tête roule en sacrifice
au Dieu Soleil.
La fin d'un monde ou la fin
de leurs mathématiques?

Bonne Année Gaétan.

Mistral a dit…

Toutes mes blondes ont souffert de vertige: jamais réussi à comprendre assez le feeling pour l'imaginer, juste suffisamment pour les aider à travers quand elles l'éprouvaient impromptu (genre dans l'ascenseur transparent de la BaNQ ou sur mon balcon au septième étage).

La tienne est brave, donc, d'avoir gravi Nohoch Mul jusque là! D'en haut, ça ressemble à ça...