vendredi 5 novembre 2010

Bo Tat Thich Quang Duc 11 juin 1963

L'image du moine s'immolant par le feu a marqué mon imaginaire d'enfant. Quelques mois plus tard il y eut celle en rafale de l'assassinat de John F. Kennedy. Je découvrais un monde étranger à Pépinot et Capucine avant même d'avoir atteint l'âge de raison.

10 commentaires:

Lise a dit…

Bon,

c'est clair que je ne regarderai pas cette vidéo, mais l'assassinat de John F.K Kennedy je m'en souviens comme si c'était hier, mais moi j'avais sept ans à l'époque, l'âge de raison supposément. Moi aussi mon imaginaire d'enfant a été marquée par ces images en rafales.

Peut-être que les enfants ayant vu, sans les comprendre, les images du 11 septembres 2001 s'en souviendront, car imprégnées à jamais dans leur cerveau, exceptionnellement réceptif à un âge bien plus tendre que sept ans. J'ai des souvenirs personnels marquants depuis l'âge de trois ans.

Gaétan, en peu de mots, tu sais dire tellement!

Paul Trepanier a dit…

À lui seul, ce moine a réussi à avoir plus d'impact que tous les Viet-Congs morts sur Hamburger Hill. Fascinant de voir les policiers "gérer" la foule, en sachant très bien ce que le moine s'apprête à faire, sans l'en empêcher. Qu'ont-ils pensé, dans leur tête? Qu'ont-ils dit à leur famille, en rentrant du travail, ce soir-là?
Au Vietnam, rien ne se fait seul, incluant mourir.

gaétan a dit…

@Lise je tends vers le haiku-blog :-)))

gaétan a dit…

@ Paul ouais moi aussi les gestes des policiers qui, au lieu d'empêcher le moine de s'immoler se contentent de repousser la foule, m'ont surpris. Autres lieux autresd moeurs.

manouche a dit…

Le moine en feu
Passe au loin la cigogne
Pleure ma paix.

Essai pour toi!

Zoreilles a dit…

Cette phrase de toi, c'est un diamant aux mille facettes :

« Je découvrais un monde étranger à Pépinot et Capucine avant même d'avoir atteint l'âge de raison.»

Le début d'un roman, je trouve.

Tu t'intéresses au haïku? À mille lieues de moi, ça, mais c'est un genre de poésie qui me fascine!

gaétan a dit…

@Zoreilles
que le début d'un roman comme tu dis et je n'ai pas la motivation ni les outils pour bien l'envelopper :-)))
ouais j'ai été initié au haiku y a une 10 aine d'années par Francine Chicoine qui donnait des ateliers d'écriture dans la région. Chais pas mais avec les twitters et autres modes de communication brefs, je pense que les haiku vont finir par devenir la littérature de demain..... la monolittérature... dans le genre de n'exprimer qu'une idée ou qu'une image à la fois....

gaétan a dit…

@ manouche
exactement ça.

Venise a dit…

Sais-tu, je préfère parfois m'en tenir à Pépinot et Capucine, autrement dit, comme Lise, je suis incapable de regarder cette vidéo.

Mais je comprends l'idée ...

Yvan a dit…

L'idée, c'est qu'un jour
on aura pas le choix de
se sortir la tête du sable.

J'ai vu ce moine s'immoler
jusqu'à la fin,il a pas bougé.
Stoïque jusqu'à la fin où il
s'écroule, mort.

Grâce à toi Gaétan, je vois
des choses qui m'ont échappé
en cette vie.
J'avais pas vu ça jusqu'à
aujourd'hui qui marque mon
imaginaire depuis les années
soixante jusqu'à moi.

Les moines qui vouent leurs
vies à une foi universelle
et particulière nous échappent.
Bien difficile de voir ce vidéo,
mais ô combien nécessaire pour nous,occidentaux.

Sous les flammes il bouge pas,
il reste stoïque sous sa destruction j'arrive pas
à y croire jusqu'à ce qu'il
s'écroule par la mort imposée.

Très difficile et en même
temps naturel de voir la mort
en face.
Voilà ce que m'enseigne
ce précieux vidéo.

Merci Gaétan.